Seins trop gros (hypertrophie mammaire) ou affaissés (ptose mammaire) font partie d’une même fiche parce qu’ils sont traités par des techniques semblables à ceci près que l’on retire de la glande en excès pour les seins trop lourds (réduction mammaire).

Technique

Un bilan mammographique est recommandé, l’anesthésie est le plus souvent générale ou en sédation, mais une locale est tout à fait possible et de plus en plus pratiquée. La cicatrice est au mieux péri-aréolaire, parfois avec une verticale sous l’aréole, parfois avec une partie horizontale la plus courte possible dans le sillon inférieur du sein. La cicatrice est dessinée en fonction de l’importance de la correction et du choix de la patiente éclairée par les indications du chirurgien. L’opération dure en moyenne 2 à 3 heures.

Suites post-opératoires

La durée d’hospitalisation varie entre quelques heures (pour une mastopexie simple sans réduction glandulaire) et une nuit (si la mastopexie s’accompagne d’une réduction glandulaire importante avec drainage). Dans les cas de réduction glandulaire importante avec drainage, l’intervention se pratique à l’hôpital et la durée d’hospitalisation est de 2 à 3 jours. Par contre, lorsqu’il s’agit d’une mastopexie simple, l’intervention peut se pratiquer en chirurgie de jour. La reprise d’une vie normale se fait après une à deux semaine(s). Les complications possibles sont l’hématome, l’infection, la nécrose aréolaire (peu fréquente).

Remarques

La possibilité d’allaiter et la sensibilité du mamelon sont respectées.

Effets indésirables

Certaines cicatrices hypertrophiques peuvent subsister sur les peaux riches en fibres élastiques. C’est excessif de dire que les peaux noires font des chéloïdes. Pas beaucoup plus fréquemment qu’une peau blanche !

Résultats

Généralement excellents avec un sein droit et de volume satisfaisant. Mais une reprise est possible lorsque le volume reste important.