La rhinoplastie esthétique est une opération de chirurgie esthétique qui consiste à modifier la morphologie de la pyramide nasale (soit partiellement, soit dans son ensemble). La complexité d’une rhinoplastie varie selon le type de correction. Ainsi, la correction de l’arête du nez est relativement simple tandis que la correction de la pointe du nez est plutôt complexe.

L’image d’un beau nez a évolué avec le temps. Depuis Cléopâtre, on pensait qu’un joli nez était un petit nez. Cette idée a trouvé son apogée dans les années 60 – 70 où il était bien vu de porter “ un petit nez retroussé dans lequel il pleuvait “.

L’esthétique du nez a une place très importante dans le schéma corporel. Aujourd’hui, on cherche à faire des nez plus naturels ayant un volume en harmonie avec l’ensemble du visage. Au-delà de l’esthétique, il peut y avoir également une motivation physique. Un nez dévié peut entraîner des obstructions et des maux de tête.

Le plus fréquent en Europe, est le nez busqué avec une bosse. Parfois un nez trop large peut être affiné. Le nez asiatique ou africain peut à l’inverse être plus projeté en avant grâce à une implantation; une greffe ostéo-cartilagineuse sur l’arête. On peut aussi resserrer les narines. La pointe trop large, si elle est isolée peut se traiter sous anesthésie locale.

L’âge est également un facteur à prendre en compte, le chirurgien plasticien ne conseillera l’opération que lorsque le visage aura atteint sa forme adulte et le nez aura fini de se développer, c’est -à-dire à partir de 16 ans.
Un dialogue entre le patient et le chirurgien permettra de déterminer ce qui est désiré par le patient convenant à sa psychologie.

Techniques

Le plus souvent sous anesthésie générale ou sous sédation, le nez est remodelé par la chirurgie suivant deux types d’intervention : ouverte et fermée.
Une rhinoplastie peut être effectuée par des incisions faites à l’intérieur du nez pour en modifier le squelette (la partie osseuse et le cartilage). Dans ce cas, les cicatrices se trouvent à l’intérieur du nez et en conséquence ne sont pas visibles.
Le deuxième type d’intervention a recours à une technique dite ouverte. Le chirurgien réalise une incision en travers de la columelle (le pilier séparant les deux narines) permettant de découvrir l’infrastructure nasale souvent utile lors de déformations plus importantes. L’incision n’est pas droite mais en forme de W. La cicatrice est visible mais très discrète.

La durée de l’intervention est d’une à trois heures. Celle-ci se fait en ambulatoire c’est-à-dire une sortie autorisée après quelques heures de surveillance.

Suites post-opératoires

La convalescence peut varier entre huit et quinze jours. Des mèches seront placées pendant 24 heures prévenant les saignements. Les suites sont rarement douloureuses et c’est plutôt l’impossibilité de respirer par le nez (du fait de la présence des mèches) qui constitue la principale gêne. On porte un plâtre pendant une semaine. Ensuite, le nez reste fragile pendant un mois, il est donc déconseillé durant cette période de pratiquer des activités physiques intenses, de porter des lunettes et de se mettre au soleil. Durant la période post – opératoire des légers gonflements et des petites ecchymoses (bleus) marquent souvent le visage. Ces gênes passagères peuvent être rapidement effacées grâce à des compresses froides.
Il est important de se rappeler que le résultat définitif n’est appréciable qu’au bout d’un an et ce n’est qu’après ce délai que l’on peut envisager de faire une retouche. Cependant, le nouvel aspect se voit dès l’ablation du plâtre.

Remarques

Une déviation de la cloison peut être traitée en même temps.
Dans un souci d’harmonie et d’équilibre avec l’ensemble du visage, une génioplastie (chirurgie du menton) peut être envisagée en combinaison avec la rhinoplastie de façon à réaliser une profiloplastie.