La toxine botulique est une substance active (protéine naturelle obtenue à partir d’une bactérie : un bacille gram positif anaérobie, du genre Clostridium, responsable du botulisme) qui permet d’atténuer nettement les rides sans intervention chirurgicale.

Grâce à son effet thérapeutique, cette protéine est utilisée en médecine depuis de nombreuses années.

Mécanisme d’action

Le traitement par ces injections agit au niveau des jonctions neuromusculaires. Il interrompt de manière temporaire la transmission de l’influx nerveux aux muscles et calme ainsi les mouvements musculaires, ce qui atténue certaines rides. Il permet ainsi de traiter les rides glabellaires (“rides du lion”) et d’autres rides d’expression. L’effet de lissage s’installe progressivement.

Depuis vingt ans, la toxine botulique est mise sur le marché et est utilisée en ophtalmologie pour le traitement du strabisme, du blépharospasme et du nystagmus. En neurologie, elle a été utilisée pour combattre le torticolis spasmodique.

Indications esthétiques

En médecine esthétique, il a été prouvé que de faibles quantités de cette substance peuvent en diminuant la contraction de certains muscles du visage, réduire, voire faire disparaître de façon spectaculaire les rides d’expression associées à ces muscles.

Les zones traitées avec d’excellents résultats sont :

  • Les rides horizontales du front.
  • Les rides verticales inter-sourcilières (rides du lion).
  • Les rides de la patte d’oie, au coin des yeux.

On peut également l’utiliser au niveau des rides du coin de la bouche, des ridules des lèvres, du menton, du cou et du décolleté.

Les injections de toxine botulique peuvent également venir en aide aux patients souffrant d’hyperhydrose (sudation excessive sous les bras, au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds). Par le passé, une intervention lourde était pratiquée. Ce jour, des injections de toxine botulique sous anesthésie locale permettent d’arrêter l’hyperhydrose pendant une période de six à huit mois.

Mode d’administration

La toxine botulique est un produit injectable sous forme de poudre dans un flacon stérile conservé au froid.
Il faut le diluer avec du sérum physiologique au moment de l’utilisation. Il est dosé en Unités et chaque site d’injection nécessite un nombre précis d’unités. On utilise des seringues à insuline avec une aiguille très fine occasionnant une très petite douleur. Parfois on utilise un anesthésique local avec une crème anesthésiante une demi-heure avant pour un plus grand confort.

Résultats

Ils apparaissent progressivement, sont visibles quatre à cinq jours suivant le traitement, pour être optimaux au quinzième jour.

Durée d’action

Il faut compter généralement trois à quatre mois au début. Par la suite, cette durée s’allonge et peut aller de six à neuf mois.

Risques

Les doses extrêmement faibles utilisées en esthétique éliminent les effets toxiques du produit sur l’organisme.
Les risques sont plutôt ceux d’une injection faite sur ou vers un muscle qu’il ne fallait pas traiter comme le muscle releveur de la paupière par exemple. Dans ce cas, il sera difficile d’ouvrir cette paupière pendant trois à quatre semaines environ puis tout rentre dans l’ordre.
Dans certains cas, une diffusion du produit (notamment en se frottant la zone injectée) peut se faire également vers des muscles non souhaités, et entrainer des diminutions de contractions. Ces effets restent très rares si le médecin est expérimenté et s’il respecte les bonnes indications, car tous les cas ne sont pas bons à traiter.

Inconvénients

Ils sont passagers et en principe mineurs. Il peut s’agir de maux de tête à type de migraine chez les sujets prédisposés ou de gonflement des paupières mais passagers dans tous les cas. Les bleus sont rares et légers aux points d’injections.